08/04/2008












Aujourd’hui je me promenais avec Naël et le voyais partir au loin puis revenir pour repartir et revenir à nouveau. Je me disais que c’était hier et que je n’avais rien vu. Ou bien si, j’avais vu parce que je savais grâce à mon aîné mais je n’avais pas pris la mesure même si j’avais fait mon possible pour prendre le temps.ça fait quelques jours qu’il ne vient plus me rejoindre au petit matin pour me faire un gros câlin à notre réveil ; autant que je n’ai plus ce plaisir indicible d’enfouir mon nez dans son cou tout chaud du petit jour, de passer le bout de mes doigts dans ses cheveux bruns cotonneux tous noués et si doux ; autant qu’il ne s’endort plus au retour de l’école ou dans mes bras alors que je parle à une amie, ou dans mon lit alors que je gribouille un carnet à ses côtés, ou dans le canapé la tête sur mes genoux alors que j’aide Anis à faire ses devoirs. Je sais que c’est fini. Je crois que je l’ai compris.Tous ces matins là j’ai été contente de pouvoir me réveiller seule après avoir assez dormi et pourtant la grosse surprise de l’étonnement passée j’ai eu comme un énorme pincement au cœur. Chacun de ces matins là j’ai eu beau me dire que oui bien sûr je le savais, qu’un jour bien sûr je n’entendrais plus la porte de notre chambre se fermer comme lui seul sait le faire à l’aube, j’ai eu mainte et mainte fois l’occasion de me frotter à cette réalité là, chaque jour est un autre, à chaque jour de plus nous voilà autre. Et pourtant… Encore une fois notre petit avait grandi, encore une fois je me sens à la traîne. Depuis qu’il est né cet enfant je le vois comme un cadeau, il est doux, il est tendre, il est calme, il est attentif, il est timide, il est pudique, il est drôle. Il a su « réparer » tout plein de bobos juste de par sa tranquille présence, il me ressemble tellement aussi…J’ai du mal à oublier les 3 ou 4 fois où sa vie(et la nôtre) a failli « basculer » bêtement. Je revois toujours ce que je n’ai pas fait, ce que j’aurais dû faire, ce qui n’est pas arrivé, le fil tout fin et invisible qui l’a maintenu ici et maintenant, ce si joli cadeau né un 25 décembre…
Chaque matin je savoure le bonheur de le savoir là, de LES savoir présents ; mais j’aimerais que cette espèce d’étrange tristesse du soir à avoir du mal à passer à un autre matin sans pouvoir être réveillée par un baiser mouillé sur la paupière ou sur le bout du nez, sans pouvoir le serrer dans mes bras sous ma couette mon café pas encore avalé, que ce matin qui n’est plus soit encore un peu là ou bien que son souvenir parte plus vite que ça....

19 commentaires :

camomille a dit…

Ce billet est magnifique Barbara, tellement vrai. Je suis très touché par ton texte et tes superbes photos. C'est dur de se dire que certains bonheurs passés ne reviendrons plus.

camomille a dit…

oups....pleins de fautes! touchéE, reviendronT...

Diacritique a dit…

Punaise... tu m'as fait verser ma larme !
Et qu'est-ce que c'est donc que t'as à me proposer ??? Je suis très curieuse.

Diacritique a dit…

et d'ailleurs, même avant de lire le texte, la petite larme n'était pas loin. J'adore ces photos. (fallait que je le dise, quand même)

soiz a dit…

et bah moi aussi j'y vais de ma tite larme, c'est tellement CA. Le mien n'a que 2 ans ( et quelques mois !!!! ) mais déjà je sens l'empreinte du temps éloigner mon bébé, mon tout petit, et oui il grandit et bien trop vite, mais quel chouette petit bonhomme il devient !!!!

mado&co a dit…

.....SNNIIRF!...pas très élégant de me moucher si fort!..ton billet me touche tellement, je ressens et comprends ce que tu dis, et aussi les mots qui n'ont pas pû sortir...j'en ai 2 qui ont 2 ans1/2 et 5 mois, et souvent je les touche pour me rassurer...ils sont encore là...tout contre moi...et ce que je préfères par dessus tout, c'est les porter tous deux dans mon giron!...je crois que tes photos splendides vont perdre totalement Mme Gourou à ta cause, comme je le suis déjà!!!

Nat a dit…

Gloups !!!! Gloups !!!! c'est avec une étrange boule dans le fond de la gorge que je lis ton post
il est tellement...vrai.
j'appréhende le matin où ma petite dernière aura "grandi", et où ces indéfinissables petits bonheurs ne seront plus les mêmes, il y en aura d'autres, mais nous garderons je crois cette "nostalgie" des parfums du creux de cou, du rire cristallin des chatouilles, des câlins tout doux, des débarquements de doudous sur le canapé et des bisous au carambar ...et j'en passe

Nat a dit…

Gloups !!!! Gloups !!!! c'est avec une étrange boule dans le fond de la gorge que je lis ton post
il est tellement...vrai.
j'appréhende le matin où ma petite dernière aura "grandi", et où ces indéfinissables petits bonheurs ne seront plus les mêmes, il y en aura d'autres, mais nous garderons je crois cette "nostalgie" des parfums du creux de cou, du rire cristallin des chatouilles, des câlins tout doux, des débarquements de doudous sur le canapé et des bisous au carambar ...et j'en passe

LILI LA SARDINE a dit…

Un petit mot en passant pour te dire combien tes mots me touchent au plus profond de mon coeur de maman... combien je sais aussi que ce jour arrivera... je viens d'avoir une deuximème fille ( 3 mois lundi ) et déjà ce vague à l'âme à l'idée que peut-être ce serait ma dernière maternité ... Heureusement sa douceur et sa joie de vivre, comme ton fils me consolent de pas mal de choses et notamment me rassurent dans mon rôle de maman pas mal éprouvé par son aînée... J'y suis aussi allée de ma petite larme...

gaelle a dit…

brrr, j'en ai les yeux tout embués de ce que tu dis là même si mes enfants étant plus petits j'ai encore quelques années devant moi avant que ça n'arrive.J'essaye de savourer chacun de ces instants me disant qu'un d'ses quatre ça sera fini tout ça et ce jour là ça me fera très certainement un petit pincement au coeur même si je m'y prépare déjà ( je dis petit pincement parce que c'est encore loin ...enfin j'espère)

LePP a dit…

Il faut penser que quand ils grandissent, on ne perd pas quelque chose, mais qu'on en gagne d'autres... les discussions philosophiques a batons rompus, par exemple, que j'apprecie tellement avec mon aine de presqu'onze ans... ou les echanges litteraires...

LePP a dit…

oups j'ai poste trop vite... j'ajoute aussi qu'on pense alors a l'adulte qu'il pourrait etre, et ca, c'est chouette aussi. Mais j'ai toujours ete pressee de les voir a l'adolescence les miens, je suis peut-etre un peu maso ;)

instantanés a dit…

Première impression, sensation ... Ces photos ... Oh, si belles, oniriques ... Ton petit homme apparait comme dans un rêve ... Et puis, les autres sensations ... L'émotion de te lire ... Je ne sais que dire, ajouter ... tout est dit ! Si pudique, si beau, si juste ... Merci Dame Zigouis !

pivoinerose a dit…

ouh la, la moi aussi ton texte me retourne.... ces bébés qui deviennent des enfants, qui deviennent des ados, qui deviennent...non, non on n'en est pas là! mais avec les enfants on appréhende le temps autrement. il devient plus précieux et il passe. si vite. trop vite.
d'habitude j'admire tes photos. là il y en plus tes mots qui me touchent.

ktl a dit…

les photos floues où il court vers toi avec tant de détermination alliées à ton texte, sont d'une poésie folle et étreignent comme un raisin sec ma petite cage thoracique.

olivelse a dit…

Ton texte est magnifique, si émouvant, touchant, bouleversant… et tes photos l'accompagnent si bien,
"la sensation qu'ils {nos enfants} nous échappent… si vite ! déjà ?… non, bien sûr, pas encore, ils sont toujours là, près de nous… mais autrement, plus grands !" C'est poignant, je reviendrai le lire à nouveau… Je pense bien à toi !

Piou a dit…

Ma fille est une jeune demoiselle et Felixou grandit lui aussi à toute allure. Je suis si fière de ma grande louloutte !
C'est différent des bisous humides mais tout aussi enrichissant éblouissant, j'aime les voir si grands ! Et puis ils me font toujours des calins, ouf !

andrée a dit…

toute retournée de lire tes mots... la sensation à jamais envolée que j'aurais voulu graver à jamais dans ma mémoire : les tétées de Gabrielle toute petite, la nuit sur le canapé du salon, comme une bouffée de bonheur, nos deux corps collés et puis aussi maintenant ces petits bras qui se serrent fort fort autour de mon cou, on appelle ça le collier bras (même que des fois elle m'annonce qu'il est cassé ;o)
plein de bises mame Z

zo/fantomette a dit…

magnifique ces belles photos!