30/04/2008

comme un mercredi


**************************************************





Aujourd’hui (;-))le ciel était tout gris ici/en normandie faut pas croire mais ça arrive tout le temps/alors on a couru après les nuages de pétales, aussi trempé des spéculos dans un choco très chaud.
Et puis sur la route on a pris le temps de se chamailler avec mon grand/hyper vexé que je m’étonne(et m’énerve) qu’il se fasse encore malmener par bien plus minus que lui à la récrée(ma biquette dans 2 ans tu es au collège….haaaa je meurs !!!!)/qui n’a qu’une envie : partir du nid et qui me demande souvent à quel âge on peut arrêter ses études (à quanrantedouze ans mon p’tit chat). Petit homme-grand enfant-extrême en tout et dont la sensibilité est si proche de la mienne... pauvre de lui.
Alors forcément…parfois des nuages passent devant ses yeux et je les vois tellement bien et tellement fort. Maintenant, mais il m’aura fallu du temps, je sais bien que je ne peux plus les lui enlever d’un battement de main mais quand c’est la maladresse de mes mots qui le blessent il en va autrement. C’était à la bibliothèque, en passant ma main dans ses boucles, je me suis excusée de l’avoir vexé et lui ai redit tout comme je l‘aimais et à quel point j’étais fière de lui/ toujours un peu inquiète mais surtout fière. Un moment j’ai eu l’impression d’avoir mon tout petit face à moi comme quand on partait en promenade sous la pluie, tous les deux bouches ouvertes à essayer d’attraper les gouttes. Il a penché la tête de la même façon que quelques années auparavant et je l’y lui ai déposé les mêmes baisers enamourés.
Nos rapports changent je veux juste pas rester sur le carreau en pensant que je le connais et qu’il va « s’ en remettre » en passant alors à côté de lui et puis de nous forcément.

Si je parle de petits bouts de ma vie ici et si je ne le fais pas dans la vraie, j’aimerais que les gens qui en font partie ne se sentent pas le droit de me parler de ce qu’ils y lisent. ce n’est pas parce que cet endroit est « publique » qu’ils n’ont pas à respecter mon intimité. Merci.Comprenne qui pourra…

8 commentaires :

polaroid*girl a dit…

c'est beau et douloureux, tendre et doux, ces mots d'une maman à son fils aîné.. je te trouve courageuse, barbara, de les livrer ainsi, mais que c'est généreux aussi pour nous.. merci* : )

marie&co a dit…

que d'écho par ici ...

amelie a dit…

Oui, l'identité numérique n'est pas un double parfait de la vie vraie...
Je me plait aussi parfois à être tout à la fois étanche, intimiste et sensible.

marmotte a dit…

Oui, pas toujours simple de trouver les mots. S'en vouloir aussi quand on a utilisé ceux qui blessent. Je crois que c'est ça aussi être maman, vouloir protéger ses petits, les aider à grandir, avec toute la difficulté de ne pas les heurter. pas facile, je te l'accorde.

pivoinerose a dit…

mais non c'est très clair ce que tu dis et je comprends très bien!

Gaelle a dit…

Tes mots resonnent en moi... On est en plein dedans avec mon grand de presqu'onze ans... qui se fait harceler depuis 6 mois a l'ecole. Il n'en peut plus et moi non plus... C'est une situation tres stressante et usante, car on ne peut rien faire contre les agresseurs :( Juste essayer de lui construire une carapace, mais en meme temps, est-ce vraiment ce que l'on veut pour nos enfants ?

Béa a dit…

Touchée.

bribriMX a dit…

tes mots me touchent aussi, car ils ne me sont pas étrangers...
mon grand parfois si fragile, qui se veut tout sourire, je me dis je m'en suis sorti, lui aussi...mais parfois c'est juste un bisou, un sourire qu'il lui faudrait